Septembre

Robusta la taupeC’est bientôt la fin des Temps Mûrs…

O’lifant le milan royal a dit au revoir à son beau frère qui vient de partir vers des cieux plus cléments. O’lifant, lui, préfère rester dans son grand pin qui domine le village, car si les proies viennent à manquer, il peut toujours aller se servir dans la déchetterie de la vallée…

Après une journée encore chaude, Ratapena la chauve-souris et sa tribu en ont profité pour happer les derniers insectes volants autour du lampadaire allumé.

Il a plu toute la nuit. Au petit matin, Linou le merle et trois de ses cousins ont sautillé dans les herbes, harponnant de trois coups de bec d’inconscients vers de terre qui se prélassaient dans l’herbe mouillée.

Robusta la taupe a agrandi son réseau souterrain, et de nouvelles taupinières ont surgi au beau milieu de l’étendue d’herbes… mais Robusta a commis une erreur d’aiguillage : sa dernière galerie est allée tout droit sur le cognassier. Obligée de faire un détour…

Torgnol le campagnol a lui aussi creusé des galeries, mais sous le potager… pour pouvoir grignoter tout à son aise les délicieuses racines des légumes que le Grand fait pousser : poireaux, carottes, navets… Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle aussi rat-taupier… et que le Grand serre les poings…

Les nuits deviennent plus fraîches, ce qui n’a pas empêché Lagronle de partir en vadrouille au coucher du soleil. Notre hérisson fait ses réserves en vue des Froids Temps et il mange comme quatre. Cette fois-ci, il a avalé pas moins de 6 grosses limaces spongieuses, trop occupées à grignoter des feuilles de chou fanées.

Bébert le ver de terre est parti en vacances sous le tas de compost, là où la terre est particulièrement succulente, pleine de minéraux et de matières organiques très nourrissantes. Il s’est mis à creuser des galeries ce qui a eu pour avantage d’aérer un peu.

Mistigrise la souris a pris son courage à deux pattes, et s’en est allée faire une inspection dans le cellier de la maison-rocher. Bien lui en a pris : le Grand venait d’y ranger de drôles de cubes en carton plastifié. Mistigrise a rongé le fond, et… un délicieux liquide épais et collant s’est mis à couler sur l’étagère. De la crème fraîche, une nouveauté. Hmmmm…

Des larves de vers luisants sont descendues sous la terre, pour se mettre à l’abri des premiers froids. Le gros Biscotto en a croqué quelques-unes, mais heureusement, Robusta a mis les autres à l’abri dans le Cachsoutair… Ça sert toujours, ces petites bêtes lumineuses…

Robusta est fort mécontente : son nid-cocon vient d’être inondé par des infiltrations. C’est vrai qu’il a beaucoup plu, ces derniers jours… Au milieu du dédale de ses tunnels, la vieille taupe a creusé une nouvelle cavité, et…

Vous connaîtrez la suite au mois d’octobre…

Billet publié dans Actualités, Chroniques du jardin
Mot(s)-clef(s) , , , ,

Les commentaires sont fermés.