La lune noire d’avril

Autour de la fourmilière du bas, c’est le branle-bas. Des équipes de récolteuses partent en reconnaissance aux environs du nid à la recherche de nourriture fraîche. On reconnaît aussi le bataillon Pimpompin, les soldates chargées de protéger le dôme : elles sont un peu plus grandes que les ouvrières, et elles ont la « grosse tête ».

Mollo l’escargot se réveille à nouveau dès les premières pluies et comme il fait assez chaud et humide, il sort de sa cachette creusée sous le sol et s’en va à la recherche d’une feuille à dévorer. C’est qu’il a l’estomac dans les talons depuis sept lunes qu’il jeûne ! Il grignote un peu mais il est vite épuisé. Après ce premier repas, Mollo rentre dans sa coquille et s’endort sous une pierre.

Dans les taillis et dans les arbres ce ne sont que chantiers de construction : dans le lierre, Linou le merle et Perlette son aimée ont terminé leur nid, fait d’herbes sèches, de feuilles mortes et de boue. Perlette couve sa première couvée : trois œufs bleu-vert tachetés de brun.

Sitta la sittelle torchepot fait des travaux de maçonnerie : dans le tronc du vieux poirier couvert de lierre, elle a trouvé un gros creux. Elle se met aussitôt à bâtir autour pour en réduire l’entrée : elle dépose une sorte de torchis fait de boue et d’herbes sèches qui fera une paroi très solide.

Pimpoula la mésange bleue, quant à elle, a élu domicile dans une anfractuosité du vieux mur de pierre, bien cachée par une grosse branche de lierre. Avec sa compagne, Pimpoula (qui est un mâle) a garni ce refuge de mousses d’herbes, de crins et de morceaux de laine trouvés accrochés aux barbelés des prés voisins.

Tout le monde au jardin se prépare pour l’arrivée des nouveaux bébés…

Billet publié dans Actualités, Chroniques du jardin
Mot(s)-clef(s) , , ,

Les commentaires sont fermés.