La lune noire de mai

Du vent, du vent, du vent. Le tapis d’herbes au jardin commence à jaunir et le Grand trimballe ses arrosoirs du soir dans le potager. La sécheresse s’annonce ?

A l’orée du Bois-des-Trois-Corneilles, c’est la joie : Dame pic-vert vient de pondre cinq beaux œufs dans la cavité du vieil arbre malade, sur le lit de copeaux de bois. Le compte à rebours commence. Elle et Becquebois vont couver chacun leur tour pendant au moins deux quartiers de lune…

Tournicoto l’escargot n’est pas très content. Il fait trop chaud et trop sec pour qu’il puisse s’aventurer hors de sa coquille. Il vit sur ses réserves… mais jusqu’à quand ?

Dans le lierre, ça rentre, ça sort. La deuxième nichée de Perlette et de Linou les merles vient d’éclore. Les parents affairés se relaient à grand coups d’ailes pour nourrir leurs six affamés. Gare aux insectes égarés, aux vers de terre, aux araignées distraites ! Quand Linou repère un ver de terre, il le coupe en plusieurs tronçons de quelques coups de bec énergiques, puis il charge cet espèce de plat de spaghettis dans son bec, et zou ! droit sur le nid où attendent des gosiers grands ouverts.

Billet publié dans Actualités, Chroniques du jardin
Mot(s)-clef(s) , , ,

Les commentaires sont fermés.