Premier quartier de lune de mai

Tournicoto l’escargot est aux anges : il a plu deux jours au moins et il peut sortir pour faire un festin. Sur sa tête, il a quatre sortes d’antennes-tentacules avec lesquelles il repère ce qui est bon a manger. Avec sa bouche à quatre lèvres, il se saisit d’une feuille toute fraîche et avec sa langue, il en fait des confettis. Il faut dire que sa langue est couverte de milliers de dents minuscules…

Le copain de Tournicoto, qui lui aussi était sorti à la tombée du jour, à la recherche de quelque chose de bon, a eu moins de chance. Il a rencontré une espèce de bolide sur pattes, qui s’est approché en soufflant et grognant, le nez au sol et les piquants dans le vent. C’était Père Lagronle, le hérisson, qui n’a fait qu’une bouchée de l’escargot infortuné.

Au pied du vieux mur de pierre, une petite créature cherche tout en couinant. Un être au long nez pointu, aux dents acérées, et aux minuscules oreilles rondes. Une souris ? Non, ce n’est pas un rongeur, même si elle y ressemble. C’est une musaraigne, de son prénom : Quinarelle. Elle furète parmi les tiges de chélidoine et de boutons d’or à la recherche d’une proie. Et elle trouve : un bébé araignée de la lignée des Akariane, qui s’était endormi sur son bout de toile. Tant pis pour lui…

Billet publié dans Actualités, Chroniques du jardin
Mot(s)-clef(s) , , , , , ,

Les commentaires sont fermés.